Mettez en scène vos photos
Tout sur le Diaporama.(Cliquer sur l'image pour en savoir plus)
Des tutos Photo
Le travail de l'image. (Cliquer sur l'image pour en savoir plus)
Des diaporamas en téléchargement
Quelques exemples de belles réalisations. (Cliquer sur l'image pour en savoir plus)
Des tutos sur le Diaporama
Une formation complète à PTE (Cliquer sur l'image pour en savoir plus)
Des News
L'actualité photo et diaporama. (Cliquer sur l'image pour en savoir plus)

Flash Info : Les chapitres 7 et 8 de l'initiation à la suite Nik Collection sont en ligne. Ils sont consacré respectivement à Anolog Efex Pro 2 et à HDR Efex Pro 2.


 

L'enregistrement de la voix pour les commentaires est une étape importante dans l'élaboration d'un diaporama. Cette opération doit être très soignée et nécessite certaines précautions.

Il convient de bien choisir son micro. Celui qui est le mieux adapté à l'enregistrement de la voix doit être unidirectionnel et de type cardioïde. En effet un tel micro n'est sensible qu'au champ restreint dirigé vers l'avant, et permet d'éliminer au maximum les colorations acoustiques du lieu où l'on enregistre.

 

 

 

 

Voici la démarche pas à pas qui vous permettra de réaliser l'enregistrement des commentaires.

  1. Placer le micro sur un pied. Si vous utilisez un pied de studio, maintenez le hors d'atteinte des chaussures de la personne que vous enregistrez; si vous utilisez un pied de table, veillez à ce que rien ne vienne frotter contre la table, et à ce que le commentateur ne heurte pas celle-ci. En effet un micro capte les vibrations de l'air, donc il capte a fortiori les vibrations de son support. Si le texte doit être lu veillez à ce que le mouvement des feuilles de papier ne soit pas audible.

  2. Régler le volume de l'entrée où se trouve connecté le micro sur la table de mixage. Ce réglage se fera en fonction de la puissance de la voix du récitant, le mieux consiste à faire des réglages préalables afin de trouver le bon niveau. Il est possible d'atténuer à la fois les conséquences de l'accrochage des plosives et l'excès de fréquences graves des voix masculines en filtrant énergiquement, à l'aide d'un égaliseur graphique, la bande des 64 Hz à 10 ou 12 octaves. Enfin, une autre perturbation créée par une prise de son trop présente est l'augmentation des sifflantes, tels que le "s" ou le "f". En effet, ces consonnes, qui passent bien au naturel, créent lors de l'enregistrement une brève saturation qui dénature le son de la voix un court instant et le rend désagréable. Il est possible de s'en sortir en filtrant, cette fois-ci dans la bande des 2 ou des 4 KHz.
  3. Lecture du texte à 30 cm du micro, il s'agit d'une valeur moyenne, qui peut être modifiée en fonction de la puissance vocale de la personne à enregistrer et de la sensibilité du micro. A une telle distance, le micro ne capte que le son direct de la voix et l'enregistrement est neutre et bien défini. A une distance inférieure le son est plus intime. L'interprète est très présent, on entend la moindre inflexion de la voix, la moindre respiration. Le contenu humain et émotionnel est plus fort. Les textes basés sur la confidence ou la persuasion, riches en impacts sensoriels et émotifs, sont mis en évidence. Débuter chaque commentaire en prononçant "3, 2, 1, 0", puis 2 secondes de silence, et enfin la lecture du commentaire. C'est la méthode que j'utilise, cela facilite grandement l'intégration du commentaire au moment du mixage.

  4. Écouter l'enregistrement au casque et recommencer tant que le commentaire n'est pas impeccable tant au niveau de la diction du récitant qu'au niveau de la qualité sonore.

  5. Quelques conseils pour améliorer la qualité de l'enregistrement :

    • En position assise, l'enregistrement sera de meilleure qualité en orientant la capsule du micro vers la table et non directement vers la bouche du commentateur.

    • Si vous habitez un quartier bruyant, et particulièrement pendant la journée, vous ne pourrez pas éviter l'enregistrement de quelques son parasites (vélomoteur, oiseaux, piano du voisin, chasse d'eau, avions etc.). Sauf si vous disposez d'un studio acoustiquement isolé, l'enregistrement de nuit est souvent le seul moyen efficace de s'affranchir totalement de ces inconvénients.

    • Coiffez votre micro d'une bonnette antivent, elle pourra absorber certaines émissions d'air un peu brusques qui seront transformées en sons parasites sur la bande. Il est possible de fabriquer artisanalement ce type d'accessoire. Pour cela il suffit d'utiliser un bas nylon en double épaisseur maintenu par un bracelet élastique, ou un tissu de cache de haut parleur maintenu à faible distance de la capsule par un procédé mécanique laissé à l'imagination de chacun.

    • Prenez l'habitude d'enregistrer quelques dizaines de secondes de silence avant la séance de prise de son, donc dans le même local et au même niveau. Si, au montage, vous constatez qu'il est nécessaire d'ajouter des pauses entre certaines phrases, vous disposerez d'une réserve de silence "coloré" avec le même bruit de fond que la voix. Vous pourrez l'insérer sans que les raccords ne s'entendent. En effet, un silence n'est qu'apparent, et un raccord franc entre bruits de fond différents est tout à fait audible.

Joomla templates by a4joomla